Суббота 25.11.2017 08:39

Категории раздела

le française [1]

Форма входа

Логин:
Пароль:

Поиск

Audio Player

Наши баннеры

Наш баннер:

Наша кнопка:

Произведения D`Ogma

Главная » Статьи » Переводы » le française

Sobornost russe

Dmitri Ogma

Sobornost russe




Je lis depuis longtemps les messages ici, sur gidepark.ru. Non que je les lise, je les parcoure plutôt, parfois à fond, je suis les messages, et non seulement sur cette ressource, pour être au courant de l’état d’esprit de mon peuple, de sa mentalité.
On écrit beaucoup de choses, beaucoup de problèmes, beaucoup de préoccupations et parfois même de désespoir, souvent justifié. Mais quand je lis tout ce flux d’"info", une seule pensée me vient toujours à l'esprit : les gens, quand comprendrez-vous que tous vos problèmes viennent de votre désunité !?
C’est que, quoique inconsciemment, quand vous venez, par exemple, ici, vous cherchez le partage des idées, vous cherchez la compréhension, vous cherchez l'union. Et cette union, vous ne la créez pas.
Un esprit de guerre civile plane sur le pays, et tous le sentent, mais ne veulent pas le reconnaître.
Reconnaître que l’on est déjà en pleine guerre civile, que notre socium est déjà contaminé par ce virus, que l’épidémie se propage rapidement et le déclenchement de la pandémie n’est qu’une question de temps et de circonstances. On se bat, frère contre frère, ami contre ami, épouse contre époux, les familles éclatent, on se bat, fils contre père, père contre famille… Et cela se passe déjà autour de nous à une échelle redoutable, même si locale encore. Mais quand cela aura débordé, il sera déjà tard.
Quand comprendrons-nous enfin que c’est l’union qui fait la force ?
Nous sommes une nation pas comme les autres, une nation qui s’ingénie à survivre dans les conditions les plus invivables sur la Terre, pour en trouver pire, il faudrait aller au Groenland et en Mongolie, probablement.
Cela ne pouvait rester sans incidence sur nous, sur notre âme, sur notre mentalité. Le phénomène de sobornost, d’union est propre à notre âme. De tout temps, même si c’était tacite, c’est la communauté, l’aspiration à la communauté, qui nous a dirigés, la grande idée nationale : une terre, un peuple, une conception du monde* ! C’est grâce à cela que nous sommes aussi tolérants envers les autres ethnies, croyances et nationalités. Nous avons différentes croyances et coutumes, différentes ethnies, mais nous formons un seul peuple et l’union fait notre force. Une autre manière de voir n’aurait jamais permis de survivre sur cette terre sévère mais sacrée!
"Nulle raison ne conçoit la Russie", – disent les étrangers. Ils ont une autre mentalité. Mais on ne peut comprendre la Russie que par le cœur, que par l’âme. C'est seulement après avoir vécu sur cette terre et après avoir senti sa force. Notre désir de vivre ici, dans ces conditions sévères ne se comprend et ne s’explique que par l’amour. Notre force est dans notre terre, dans l’amour et dans notre union. Mais l'essentiel n'est pas de nous faire comprendre par les autres, il suffit que nous les comprenions!
L'essentiel pour nous est de nous comprendre l’un l’autre et de chercher une concorde entre nous, de construire, de créer, de bâtir notre sobornost.
Nous vivons dans un pays froid du nord, avec un climat particulièrement sévère, et l’esprit d’individualisme et d’égoïsme personnel n’y survivra pas. Les habitants des pays chauds ne nous comprendront jamais, et jamais nous ne pourrons survivre ici en suivant leurs conseils : tout simplement ils ne savent pas ce que c’est de vivre ici. Et puis, aurons-nous besoin de conseils de qui que ce soit ? Ne pouvons-nous décider nous-mêmes comment aménager au mieux notre terre et organiser notre vie ? C’est notre union qui fait notre force, c’est notre sobornost, notre âme unique et mentalité collectiviste.
Quand comprendrons-nous de nouveau ce que nos aïeuls ont toujours compris, eux qui ont créé une grande civilisation dans les conditions les plus invivables sur la Terre ? A qui laisserons-nous notre terre et en quel état ? Quand comprendrons-nous de nouveau que nous n’intéressons personne sauf nous-mêmes ? Que personne ne viendra et ne fera rien pour nous comme ça ? Quand comprendrons-nous que, malgré toute ressemblance, nous sommes quand même un peu différents ? Que pour nous la charité, l’abnégation, l’entraide, l’altruisme et sobornost ne sont pas de simples mots comme pour les étrangers, ne sont pas une idéologie. Quand cesserons-nous de leur attribuer nos qualités ? C’est nous qui pouvons venir et aider comme ça, de grand cœur, à titre gracieux, mais pas eux. Et ce n’est pas parce qu’ils sont mauvais, mais tout simplement parce qu’ils sont différents, ils vivent parfaitement bien sans sobornost. Quand comprendrons-nous enfin que nous sommes différents, nous nous distinguons de telle ou telle façon des habitants des pays chauds ? Quand voudrons-nous ouvrir les yeux pour reconnaître, comprendre et voir tout cela ? Voir comment hurlent nos émigrés installés en Occident prospère. Où les gens sont aussi bons, mais différents, avec une autre tournure d’esprit, où personne ne se doute même qu’il faut aspirer à l’unité des âmes. Nos âmes ont froid là-bas, nous avons l’habitude de nous réchauffer mutuellement. Pourquoi donc cherchons nous à implanter ici une culture qui nous est étrangère, faire pousser un palmier sur un glacier ? A quoi bon faire pousser des palmiers ici, alors que nous pouvons acheter les bananes chez eux ? A quoi bon nous jetons-nous dans les extrémités opposées depuis plus d’un siècle : tantôt en cherchant à leur imposer notre conception du monde, tantôt en important la conception du monde et la culture qui nous sont étrangères ?

C’est notre union et notre Sobornost qui font notre force!

Une terre, un peuple, une conception du monde!

P.S. Les étrangers, mes amis et bonnes connaissances, qui ne comprennent pas notre peuple et notre pays me demandent souvent les raisons de notre "patriotisme" comme ils l’appellent. Ils ne comprennent pas sincèrement ce qui me retient dans ce pays, par exemple. Sans aucune méchanceté et sans chercher à me vexer, les gens bons et intelligents me veulent sincèrement du bien et trouvent plusieurs arguments, plusieurs exemples de notre réalité "affreuse". Ils veulent sincèrement me "sauver", me persuader d’émigrer en Occident. Ils tâchent de m'expliquer "ce que c'est comme peuple en réalité" en citant souvent des arguments
justes et douloureux et des exemples de notre vie. Ces débats sont interminables et stériles, ils se terminent toujours de la même façon : j’accepte que mon peuple "n'est pas le meilleur de tous les peuples", mais c’est mon peuple et je n’aurai pas un autre. C’est ma terre, et je n’aurai pas une autre. Leur réaction est toujours la même, ils sont stupéfaits. Ils ne comprennent rien, mais sentent qu’ils ont quand même touché cette "mystérieuse âme russe", cette âme unie, ce phénomène de sobornost russe devant lequel tous les arguments perdent leur force. Que l’on ne peut que révérer en cherchant à comprendre l’incompréhensible en silence.

----------------------------------------------------------------------------------------

* La conception du monde est bien sûr un phénomène complexe, difficile, particulièrement multiforme. On dit qu’il y a autant de conceptions du monde que d’hommes. Et ici il ne s’agit pas bien sûr de stéréotyper, de copier ou d'agir par violence. Aucune violence idéologique, religieuse ou autre envers l'individu.
Cependant, malgré toute cette diversité de conceptions du monde, il existe toujours quelques points clé, fondamentaux qui nous rapprochent, les points essentiels, communs pour tous.
Par exemple, quand un homme rencontre une femme et ils sont tout à fait différents, issus de familles différentes, de couches sociales, de pays et continents différents, avec des conceptions du monde absolument différentes. Mais s’ils ont l’essentiel, l’amour et le désir d’être ensemble, ils se rapprochent et créent une communauté. Et, au contraire, si malgré toute la similitude des conceptions du monde, ils n’ont pas cette communauté essentielle, ils ne seront jamais ensemble, quoiqu’on fasse pour les y forcer.
C’est ainsi chez nous aussi, malgré toute la diversité externe, l’essentiel et le fondamental est l’amour pour cette terre, le désir d’y vivre et d’aménager sa vie et sa terre. Et cet essentiel peut devenir le principal facteur de consolidation. Cela est déjà arrivé, et cela a marché.
Les jugements peuvent varier d’un homme à l’autre, mais le courant d'opinion est le même.
Il s’agit, en d'autres termes, des choses simples et compréhensibles pour tout le monde, d’une base de rapprochement et d’unité nationaux, d’une base naturelle qui n’est pas créée artificiellement ni imposée de l'extérieur.


D`Ogma©2010


"Sobornost russe" l’original peut être retrouvé sur le lien suivent

"Sobornost russe" pour discuter à propos d’article

"Sobornost russe" Pour discuter à propos de traduction

Категория: le française | Добавил: Sanni (08.07.2010) | Автор: S.Chistyakova (traducteur)
Просмотров: 924 | Теги: библиотека, статьи, книги, публицистика, статья | Рейтинг: 5.0/1
Всего комментариев: 0
Добавлять комментарии могут только зарегистрированные пользователи.
[ Регистрация | Вход ]

Облако тегов

Мини-чат

Наши друзья


Последняя волна



Читальный зал






Статистика


Онлайн всего: 2
Гостей: 2
Пользователей: 0